Vaincre le Syndrome de l’Imposteur : 7 Conseils Pratiques

Développement personnel

Temps de lecture : 5 minutes

Vous êtes en pleine reconversion professionnelle et vous venez de lancer votre activité ? Il est très probable que vous souffriez d’un mal bien connu dans la communauté des freelances débutants : le fameux syndrome de l’imposteur. Si vous ressentez un manque d’alignement entre la personne que vous êtes et le professionnel que vous présentez à vos prospects, alors cet article est fait pour moi. Voici 7 conseils pratiques à mettre en application dès aujourd’hui pour reprendre confiance en vous et dépasser vos doutes.

 

1) Arrêter de se comparer pour vaincre le syndrome de l’imposteur

Nous débutons tous quelque part. Personne n’a jamais été expert sans passer par la case débutant, alors commençons par dédramatiser la situation en se rappelant que se comparer n’est pas aidant. Si vous avez suivi une formation (ou que c’est en cours), vous avez probablement rejoint une communauté de freelances. Parmi eux, vous trouverez des débutants, et les « anciens ».

Il peut parfois être déstabilisant d’échanger avec des personnes déjà lancées, et il est facile de se laisser impressionner par leur expérience et leur stature. N’oubliez pas que vous êtes au tout début du chemin et que la comparaison n’a tout simplement pas lieu d’être. 

Prenez quelques instants pour réfléchir à un domaine dans lequel vous êtes actuellement compétent, doué, à l’aise. Qu’il s’agisse d’un sport, d’un hobby ou d’un savoir-faire… Une fois que vous l’aurez identifié, revenez quelques années en arrière et reprenez l’histoire du début. Il y a fort à parier que vous n’ayez pas démarré en étant expert.

Si vous l’avez fait une fois, c’est que vous êtes capable de le refaire. Concentrez-vous sur votre objectif et le chemin sera tout tracé.

 

2) Utiliser le journaling pour reprendre confiance en soi

Si vous êtes par ici depuis un moment, vous savez probablement que je suis adepte de nombreux outils de développement de personnel et le journaling en fait clairement partie. Prenez quelques instants pour écouter votre dialogue intérieur. Que vous dit votre petite voix ? Quelles sont les phrases que vous vous répétez et qui vous empêche de vous sentir légitime ?

Sur un carnet ou une feuille blanche, faites ce petit exercice très simple… Commencez par lister chaque élément qui vous pousse à douter de vous. Tracez ensuite 2 colonnes. Dans la première, replongez-vous dans votre histoire et trouvez un exemple qui vient déconstruire cette croyance. Dans la seconde, réfléchissez à une action concrète à mettre en place pour vous aider à dépasser vos peurs et notez-là.

Voici un exemple :

➡️ Le discours que j’entretiens : « Je ne sais pas me vendre »
➡️ Expérience positive passée : « Ma candidature a été retenue parmi 5 autres dans la dernière entreprise qui m’a embauchée »
➡️ Action à mettre en place : « M’entraîner à mener des entretiens de prospection au travers de jeux de rôles »

Vous avez le pouvoir de reprendre le dessus sur vos pensées. Utiliser des exemples concrets de votre expérience passée va contribuer à vous rassurer sur vos capacités. Quand au plan d’action, il va vous permettre de démarrer le travail pour dépasser vos peurs, en vous poussant à agir. En reprenant le contrôle, vous passerez d’un état passif à actif, et ça fait toute la différence…

 

3) Échanger avec d’autres freelances déjà en activité

Avez-vous déjà entendu cette phrase qui dit que « Nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous fréquentons le plus » ? L’entourage, la communauté est essentiel pour vous pousser dans une dynamique positive. Discuter avec d’autres freelances débutants peut avoir un côté rassurant, mais échanger avec des personnes déjà en activité vous sera davantage bénéfique.

D’une part cela vous confortera dans le choix que vous avez fait et vous confirmera que la réussite est possible. C’est à mon sens une source de motivation non négligeable… D’autre part, cela vous poussera à vous dépasser et vous pourrez bénéficier de l’expérience de personnes qui ont déjà emprunté le même chemin que vous. Leurs conseils seront précieux pour vous booster !

 

4) Se faire accompagner par un coach pour booster sa motivation

Être freelance, c’est 20 % de compétences, 80 % d’état d’esprit (je vous assure que c’est vrai). On n’est pas tous fait pour l’entrepreneuriat et les barrières psychologiques peuvent être nombreuses. Si vous avez le sentiment de bloquer sur certains points, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un coach spécialisé pour les freelances.

Un coach vous sera d’une aide précieuse pour travailler sur vos croyances limitantes, et peut vous faire gagner un temps précieux. En fonction de son profil, il pourra également vous aider à cibler vos efforts au bon endroit, sans vous disperser. C’est là encore un booster supplémentaire pour mettre toutes les chances de votre côté pour accomplir vos objectifs.

Vous pouvez par exemple rejoindre la communauté d’Ambroise Debret, qui accompagne les freelances à trouver leurs premiers clients.

 

5) Recueillir des témoignages de clients satisfaits

Rien de tel qu’un mot doux pour encourager vos efforts et vous aider à vaincre le syndrome de l’imposteur. Si vous venez d’entamer une reconversion professionnelle et que vous n’avez pas encore de clients, contactez vos précédents employeurs pour leur demander une lettre de recommandation. S’ils ont été satisfaits de votre travail, il y a de fortes chances qu’ils soient ravis de vous aider.

Lire des choses positives vous rappellera quelles sont vos qualités, l’occasion de vous rappeler que même si vous vous lancez dans un domaine encore inconnu, vous avez toutes les ressources nécessaires pour aller au bout de votre projet. Et si vous ne pouvez pas solliciter vos précédents employeurs, demandez à vos amis ou à des membres de votre famille d’écrire les qualités qu’ils apprécient le plus chez vous. Promis, ça aide ! Et bien entendu, si vous êtes déjà lancé, envoyez-leur un petit message pour leur demander un témoignage.

 

6) Lâcher prise sur la perfection

Nous vivons à une époque où on prône la perfection. Que ce soit sur les réseaux sociaux, de par le système éducatif ou même parmi notre entourage. On a tous tendance à vouloir donner la meilleure image de soi-même, résultat on se met une pression monstre ! D’un point de vue entrepreneurial, ça se manifeste souvent autour de l’idée qu’on se lancera « quand »…

« Quand j’aurai fini mon site internet »
« Quand j’aurai lancé mon compte Instagram »
« Quand j’aurais fait ci ou ça »

Il n’y a jamais de moment parfait pour se lancer. En réalité, les raisons qu’on a tendance à énumérer pour justifier de ne pas passer à l’action sont bien souvent des fausses excuses derrière lesquelles se cache tout simplement la peur de se lancer.

À l’époque où j’ai démarré mon activité, on ne parlait pas de client idéal, de compte Instagram ou de site web. On y allait et puis c’était tout… avec un simple email. Et devinez-quoi… ça marchait très bien ! Et plus important encore… rien n’est gravé dans le marbre. Vous pourrez très bien rafraîchir votre portfolio au besoin, créer votre signature email par la suite, ou bien faire évoluer votre grille tarifaire. Arrêtez de vous poser trop de questions et lancez-vous, tout simplement.

 

7) Accepter de faire des erreurs pour gagner en expérience

Au risque de vous décevoir, il y a de fortes chances que vous fassiez des erreurs auprès de vos clients. Certaines seront minimes, d’autres seront peut-être un peu plus conséquentes. Nous ne sommes pas des machines (n’oubliez pas, la perfection n’est pas de ce monde). Nous sommes des êtres humains avec nos failles. Vous n’engueuleriez pas un bébé qui essaye d’apprendre à marcher et qui tombe ?! Au contraire… vous l’encourageriez à se relever et à réessayer.

Entretenez cette même attitude vis-à-vis de vous-même. Bien évidemment je ne suis pas en train de vous donner l’autorisation de merder auprès de vos clients (quoi que). Je veux simplement vous rappeler que si vous faites une erreur, c’est ok et que ça arrive à tout le monde, quel que soit le niveau de compétences ou d’expérience. Soyez simplement honnête et transparent avec vos clients si cela arrive, et présentez-leur vos excuses. Vous savez ce qu’on dit : « faute avouée, à moitié pardonnée ».

J’espère que cet article vous aura donné de nouvelles pistes à explorer pour vaincre le syndrome de l’imposteur. Croyez en vous, mettez vos efforts au bon endroit, soyez indulgent envers vous-même, et je vous assure que ça va le faire. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Articles similaires

INSCRIPTION
RECEVOIR LA MASTERCLASS

DÉCOUVRIR
LE MÉTIER
D'ASSISTANTE VIRTUELLE

MASTERCLASS GRATUITE
close-link
Conférence gratuite sur le métier d'assistante virtuelle le jeudi 9 juin à 9h30